CAC40 | 5095,070 pts | -0.02%

22 oct. 2016 - Dossiers dans actions-indices

Gros plan sur Bouygues

Bouygues Challenger Yves Chanoit

En Bourse ne dit-on pas qu'une société qui n'est pas centrée sur son métier subit une décote ? Parce ce que chez Bouygues on trouve des métiers très différents et pourtant la valeur boursière semble assez élevée ?

Effectivement Bouygues c'est un peu un conglomérat ou une société holding. Ils sont dans les travaux publics, ils sont dans la construction, ils sont dans la promotion immobilière, ils sont Bouygues Télécom (un français sur cinq y est abonné), TF1 c'est eux, c'est donc une société très diversifiée.

Le métier phare de Bouygues demeure la construction, il y a-t-il encore du potentiel dans ce secteur ?

Oui, la construction repart en France mais, surtout, le point fort de Bouygues c'est probablement les travaux publics. C'est un des majors mondiaux dans ce domaine, c'est aussi le numéro un mondial de la route, avec sa filiale Colas qui est également cotée en Bourse. Ce sont des métiers qui repartent assez sensiblement grâce à l'idée que se font un certain nombre de gouvernements que des programmes de modernisation des infrastructures peuvent relancer la croissance économique.

Sur les télécoms la concurrence est rude et les prix tirés vers le bas, n'est-ce pas gênant ?

Si un petit peu, d'ailleurs, dans la première partie de l'année l'action Bouygues a perdu plus de 10 % de sa valeur d'un seul coup (4 avril 2016 NDLR), le jour où on a annoncé la fin des négociations pour la vente éventuelle de Bouygues Télécom à Orange. D'un autre côté, on a quatre opérateurs essentiels en France (Orange, SFR, Free, et Bouygues NDLR). On est dans un marché extrêmement concurrentiel. Il peut y avoir des regroupements, Bouygues Télécom étant soit vendu, soit au contraire agissant comme un pôle de regroupement. C'est une histoire qui reviendra à nouveau un jour et qui causera à nouveau de l'excitation chez les investisseurs.

Revenons à son cours de Bourse, à première vue il n'est pas donné, vous ne trouvez pas qu'il est un peu cher ?

C'est vrai, ceci dit, si vous regardez la capitalisation boursière de Bouygues en 2000, c'est-à-dire il y a 16 ans, c'était tout de même 16 milliards d'euros, contre 10 milliards d'euros aujourd'hui. Certes, ils ont fait un rachat partiel d'actions, une offre publique de rachat d'actions (OPRA) qui a permis à la famille de se renforcer. Certes, le PER (Price earning ratio ou plutôt Ratio cours sur bénéfices dans la langue de Molière NDLR), le taux de capitalisation des bénéfices, est à 18 fois, donc assez élevé. Mais quand on regarde une donnée qui nous paraît plus significative qui est le multiple de cashflow (flux de trésorerie d'exploitation NDLR), l'action vaut seulement 5 fois le casflow. En plus, on a un rendement de plus de 5 %, avec un dividende de 1,60 euro, relativement peu risqué dans les conditions actuelles avec des prêts à taux zéro. C'est un atout d'un attrait certain.

 


Code : FR0000120503 , FR0000121634 | Tags : bouygues, colas, marc girault, hmg finance, conseil d'achat, recommandation, orange, sfr, free mobile, opra, per, price earning ratio, cashflow, travaux publics,

Actualités relatives